dimanche 3 février 2013

Oscar Pill Tome 1 & 2

 De Eli Anderson

La révélation des Médicus

Je m'appelle Oscar Pill et je ne suis pas un garçon comme les autres. Je suis un Médicus : j'ai le pouvoir extraordinaire de voyager dans n'importe quel corps vivant. Comme mon père, qui fut autrefois un célèbre Médicus avant de disparaître. Aujourd'hui, l'humanité entière est à nouveau menacée : Skarsdale, le sombre Prince des Pathologus, s'est échappé de sa prison. Et moi, j'ai été choisi pour l'affronter. Il me faut braver tous les dangers et rapporter un Trophée d'un endroit où je ne suis jamais allé. Un univers mystérieux qui se trouve... dans le corps humain.

Les deux royaumes

Depuis un an, Oscar n'a reçu aucun signe des Médicus, et ses pouvoirs semblent s'être volatilisés. Mais le jour de l'épreuve de la Passerelle, il se retrouve dans le second Univers intérieur, celui des royaumes des Souffles et de Pompée, en compagnie de quatre jeunes Médicus, parmi lesquels Moss, son ennemi juré. Oscar doit rapporter les deux parties du second Trophée... 




Ces livres traînaient depuis quelques temps dans ma bibliothèque. Le tome deux m’avait été offert à un anniversaire sans savoir ni c’était un livre jeunesse, ni même que c’était le tome deux.

Le principal défaut de ce livre tient dans les ressemblances (involontaires ??) avec Harry Potter.
Pour résumer, Oscar (Harry) suit des cours pour devenir un Médicus à Cumides Circles (Poudlard) sous la protection du maitre des lieux : le sage Mr Brave (Dumbledore).
Ses deux acolytes Valentine (Ron), la jeune fille rousse au tempérament fougueux et l'encyclopédie vivante Laurence (Hermione).
Ici, les grands Médicus morts le guide depuis des livres (tableaux).
Le rival et ses acolytes sont présent avec Ron (Drago) et ses larbins. Même leurs professeurs sont présents dans la peau de l'inquiétant Fletcher Worm (Rogue) ou de Berenice Wither (McGonagall).
Le héros à une sœur excentrique Violette (Loovegood).
Bien évidement, que serait le héros sans un grand méchant à sa hauteur qui vient juste de réapparaître : le Pathologus Skarsdale (Voldemor).
La liste pourrait encore s'allonger en cherchant plus attentivement.
Personnellement, je trouve ces similitudes dommages bien qu'elles n'enlèvent rien à la qualité du roman.
Car, une fois oublié cette fusion accrocheuse d’Harry Potter et de l’Aventure intérieure, le roman est très bien ficelé et a de quoi tenir en haleine tout du long.

J'ai aussi fait un autre rapprochement, mais très positif celui-ci. Dès les premières pages, je me suis sentis replongés dans une série, très éducative, de mon enfance "Il était une fois la vie".


Les personnages sont assez attachants, bien qu'ils soient un peu superficiels au premier abords.
Bien que certains jeu de mot soit un peu simplet (du genre de Prots & In), l'humour est assez présent.
Étant une lecture orienté jeunesse, l'histoire reste simple, sans superflue demeure prenante.

Au final, bien que ce ne soit pas la découverte de l’année, c’est un auteur que je suivrai certainement, sans toutefois me ruer dans le libraire le plus proche.


2 commentaires:

  1. Dans le même genre mais en un peu plus adulte, je viens de lire "Les magiciens" de Lev Grossman. Tente le à l'occasion :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'y pensais justement après avoir lu ta chronique.

      Supprimer